La Suède avec sa politique d’accueil exemplaire envers les réfugiés syriens, appelle les autres pays européens à suivre une politique similaire. Selon Mr. Tobias Billström (ministre suédois en charge des migrations et de l’asile) si l’Europe accueillait autant de réfugiés syriens par habitant que la Suède, l’Europe pourrait réinstaller 100’000 personnes en provenance des camps de réfugiés syriens. On est loin du compte. Jusqu’à aujourd’hui l’Union européenne, la Suisse et la Norvège n’ont promis d’assurer la réinstallation (1) de seulement 14’600 réfugiés vulnérables de Syrie, ce qui correspond à 0.6% des 2.5 million de réfugiés actuellement dans des camps au Liban, Jordanie, Lybie, Turquie, Irak et Egypte.

Le HCR a lancé un cri d’alarme concernant la situation très tendue au Liban avec 1’000’000 de réfugiés enregistrés, faisant de ce pays le plus surchargé au monde. La proportion de réfugiés syriens s’élève à 1/4 de la population résidente au Liban. La situation dans ce pays est grave et les tensions dues à cet afflux pourraient mener à un conflit plus général au Moyen-Orient. En effet, le conflit en Syrie a exacerbé la menace djihadiste et les tensions meurtrières à Tripoli, deuxième ville du pays en sont la preuve. Des groupes extrémistes, partisans d’Al-Qaida ont fait leur apparition pour combattre les forces de Bachar El-Assad et le Hezbollah libanais et soutenir ainsi les rebelles syriens. Ces petits groupes sont très actifs dans cette ville à majorité sunnite qui abrite une minorité alaouite. Les tensions au Liban, le manque de logistique et d’infrastructure adaptés à l’afflux de réfugiés mais surtout le manque de répondant de la part des gouvernements européens sont à l’origine d’une grande campagne en Europe pour accueillir plus de réfugiés syriens, les plus vulnérables, ceux qui ont été intégrés dans les programmes de réinstallation du HCR (www.helpsyriasrefugees.eu).

Et la Suisse
Comme d’autres pays européens la Suisse reste fermée et agit au compte-goutte. Elle devrait participer plus largement au programme de réinstallation du HCR. Jusqu’ici elle a promis d’en prendre 500 sur 3 ans (4.9.2013, ODM). C’est trop peu. A côté de sa participation accrue dans le programme de réinstallation du HCR, la Suisse pourrait appliquer les dispositions humanitaires prévues dans la Loi sur l’asile. Ces dispositions permettent l’octroi de la protection provisoire à des groupes de personnes persécutées qui sont exposées à un danger général grave, notamment pendant une guerre civile (Art 4 et 66, 67 LAsi). Le Conseil fédéral doit actionner ces dispositions, la guerre en Syrie et les tensions socio-économiques dans les pays limitrophes le justifient pleinement. Une autre mesure purement financière serait évidemment d’augmenter les dons humanitaires vers le Liban car à ce jour seulement 13% de l’appel financier pour le Liban a été effectivement transféré pour l’instant.

Résumé de la situation en chiffre
Actuellement plus de 130 000 hommes, femmes et enfants ont trouvé la mort depuis le début de la crise en Syrie en mars 2011 et 2,5 millions de réfugiés sont enregistrés dans les pays limitrophes. Seuls 81.000 réfugiés ont tenté de trouver refuge dans l’UE, en Norvège et en Suisse, ce qui représente à peine 3% des personnes ayant besoin de protection. On estime que d’ici la fin 2014, le nombre de réfugiés enregistrés issus du conflit en Syrie sera de l’ordre des 4 millions. La crise des réfugiés de Syrie est devenue la plus grande tragédie humanitaire de notre époque. Pour en savoir plus, veuillez contacter EuropeActNow@ecre.org

(1)
Que signifie « Réinstallation de réfugiés »
Dans de nombreux cas, la raison essentielle qui pousse un réfugié à demander la réinstallation est une menace immédiate à sa sécurité ou à sa protection. Toutefois, les critères de réinstallation du HCR ne visent pas seulement à éviter un danger immédiat menaçant la vie et la sécurité d’un réfugié. La réinstallation, en tant qu’instrument de protection internationale, vise aussi à répondre aux besoins particuliers des réfugiés qui ne peuvent être satisfaits convenablement dans le pays d’accueil. Le principal objectif des efforts de réinstallation dans ce genre de situation est de reloger le réfugié dans les meilleurs délais. Aussi le HCR lance-t-il un appel à tous les Etats pour qu’ils envisagent la possibilité de donner les moyens de procéder plus spécifiquement à la réinstallation des réfugiés ayant des besoins particuliers qui sans cela ne pourraient être convenablement satisfaits. La réinstallation est nécessaire pour des personnes particulièrement vulnérables: femmes, enfants mineurs non-accompagnés physiquement menacés, personnes âgées. Les critères d’éligibilités au programme de réinstallation du HCR sont précis et peuvent être consultés sur cette page: http://www.unhcr.fr/4b30a5ece.html

2 commentaires »

  1. Monsieur,
    Merci de votre commentaire. Je suis d’accord avec vous, il faut, autant que possible rester objectif dans nos propos.
    Cependant, il est intéressant de noter que Mme Simonetta Sommaruga elle-même considère la participation suisse au programme de réinstallation comme relativement modeste, mais comme elle le dit, c’est un pas dans la bonne direction (courrier du 3.4.2014 à Solidaritätsnetz). De plus la Suisse a promis une aide de CHF 85 millions aux pays frontaliers de la Syrie, ce qui n’est pas rien en effet. Néanmoins, la Suède est exemplaire dans son geste d’accueil car ce pays offre un permis de résidence permanent aux réfugiés syriens qui déposent une demande d’asile dans ce pays et il contribue largement au programme de réinstallation du HCR, tout comme l’Allemagne.
    Sans juger la Suisse inhumaine envers les réfugiés, bien au contraire, il me semble que dans les circonstances actuelles de crise au Moyen-Orient, l’Europe et la Suisse devraient suivre l’exemple de l’Allemagne et de la Suède.
    La Suisse peut faire un geste supplémentaire car le nombre global de demandes d’asile au premier trimestre 2014 est de 15% inférieur au 1er trimestre 2013 et déjà en 2013, les demandes d’asile ont baissé de 25% par rapport à 2012.

  2. Pourriez-vous svp ne pas embellir la situation en Suède ou noircir celle en Suisse ?

    A titre d’exemple, la Suède a promis 1’200 réinstallations contre 500 pour la Suisse. Ok. En revanche, le mois passé, la Suisse a accueilli 1188 demandes d’asile de Syriens (ce qui en fait le premier pays de provenance pour la Suisse).

    La Suisse n’a donc pas besoin de ces effets d’annonce pour être attractive. Elle l’est tout simplement. Avant de jouer sur le symbolique, la Suisse se prépare à différents afflux, de Lampedusa, d’Erythrée, de Syrie, des Rroms des Balkans, etc. De son côté, la Suède a des intérêts politiques à mettre en avant. Elle n’est toutefois pas plus ou moins humanitaires que la Suisse (qui ne renvoie également aucun Syrien en Syrie).
    Merci d’être plus objective.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s