Daniel WyssUn nouveau documentaire passionnant sur la politique suisse vis-à-vis des réfugiés chiliens suite au coup d’Etat de Pinochet le 11 septembre 1973. C’est le début d’une répression sanglante qui pousse des milliers d’hommes et de femmes à l’exil. Dans un contexte de guerre froide, le gouvernement suisse se méfie des réfugiés politiques chiliens, jugés trop à gauche, donc potentiellement dangereux.

Face au refus des autorités d’accepter ces exilés, un vaste mouvement populaire se met en place. Des milliers de militants, de paroissiens, d’intellectuels ou de familles lambda s’engagent à héberger chez eux un exilé chilien. C’est l' »Action places gratuites« : un mouvement de grande solidarité populaire suisse qui permettra, contre la volonté du gouvernement et dans l’illégalité, de faire venir et de loger gratuitement des réfugiés chiliens sélectionnés sur place par les membres de cette association.

Aujourd’hui, alors que la Suisse peine à accueillir des réfugiés syriens en utilisant le même discours qu’à l’époque de la crise chilienne, ce film raisonne en nous et appelle à une véritable réflexion sur notre obéissance civique, qui à la lumière de la souffrance des réfugiés syriens, semble absurde mais aussi immorale et inhumaine.

La bande-annonce de ce film peut être visionnée sur ce lien: http://youtu.be/smOBmhCSb7A. Pour en savoir plus sur le réalisateur Daniel Wyss que je trouve très talentueux, vous pouvez consulter son site: http://www.climage.ch/qsPortal/Home.asp

La barque n’est pas pleine de Daniel Wyss – documentaire | 56 minutes | 2014 | couleur | 16/9. Avec la participation de Jacques Pilet, Joao Heredia, Hannes Reiser, Oscar Cariaga, Paolo Bernasconi, Miguel Angel Cienfuegos, Toti Rochat, Hector Antezana, Ana Maria Nava, Liliana Moran Réalisation Daniel Wyss Assistante réalisation Iara Heredia Lozar.

Et aussi…
livre« Solidarité d’En Bas et Raison d’Etat: Le Conseil fédéral et les réfugiés du Chili (septembre 1973-mai 1976) » de Maurizio Rossi (2008). Ouvertes récemment, les archives fédérales à ce sujet ont fourni à Maurizio Rossi la matière pour son premier ouvrage. Loin d’un ouvrage encyclopédique sur les migrations en Suisse, il illustre tout de même un tournant dans la politique d’asile d’Après-Guerre, et se lit comme un roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s