En finir avec le « délit de solidarité » en Suisse

Quand Nadia Murad (Prix Nobel de la Paix en 2018) s’est échappée de la voiture qui la conduisait vers un marché aux esclaves où l’homme qui la tenait prisonnière voulait la revendre, elle a couru dans les rues de Mossoul frappant aux portes pour se cacher. Une famille a osé la recevoir malgré les risques encourus dans une ville occupée par le groupe État islamique. Elle l’a hébergée et l’a soignée avant de l’aider à rejoindre un camp de réfugiés. Et si aucune porte ne s’était ouverte?

Le pasteur Norbert Valley est poursuivi pour avoir donné une clé de survie

Hier le pasteur Norbert Valley a été entendu par le Ministère public neuchâtelois. Il est poursuivi pour avoir logé et aidé un requérant d’asile togolais dont la demande d’asile avait été rejetée. En février 2018, Norbert Valley est interpelé dans son église en plein culte du dimanche au Locle pour être auditionné par la police. En août 2018, il fait opposition contre sa condamnation par ordonnance pénale en vertu de la Loi sur les étrangers (1). Au micro de Marie Vuilleumier (journaliste à Swissinfo), Norbert Valley expliquait pourquoi il a eu raison d’aider le requérant en détresse, ajoutant que la Loi sur les étrangers (2008) confondait les criminels qui abusent des personnes vulnérables avec les femmes et les hommes qui leur viennent en aide. 

« C’est absurde de mettre dans le même paquet  des gens qui abusent de la fragilité de personnes qui sont dans une situation de détresse avec ceux qui agissent pour les aider dans leur détresse. Cela me paraît totalement inconcevable. »

En sortant hier de l’audience, un air serein marquait les visages du pasteur et de son avocat Maître Olivier Bigler qui déclarait encourager le Ministère public à classer l’affaire. Sinon, il se disait prêt à aller avec son client et après épuisement des voies de recours en Suisse, jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme.

Lire la suite de l’article sur le blog LE TEMPS DES REFUGIES

Lire aussi:


  1. Le pasteur reçoit en août 2018 une ordonnance pénale qui le condamne à 1000 francs d’amende avec sursis et 250 francs de frais de justice. Depuis la révision de la Loi sur les étrangers (Letr) en 2008, aider les sans-papiers est devenu illégal et la clause de non punissabilité pour les personnes qui les aident pour des motifs humanitaires a disparu du texte. Depuis la modification de cette loi, l’article 116 al.1a stipule: « Est puni d’une peine privative de liberté d’un an au plus ou d’une peine pécuniaire quiconque: en Suisse ou à l’étranger, facilite l’entrée, la sortie ou le séjour illégal d’un étranger ou participe à des préparatifs dans ce but. »
  2. Ecoutez à ce sujet l’interview de Damien Gaillet, Coordinateur de campagne chez Amnesty Suisse. Interview pour la radio RFJ donné à la sortie de l’audience. Tout sur la campagne d’Amnesty international contre le délit de solidarité ici.
  3. Déclaration faite dans l’interview donné à Marie Vuilleumier, journaliste à Swissinfo.ch, le 10 avril 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.