Famille syrienne, Damas, Feb-2015.
Syrian refugee family-eating in temporary-shelter in Damascus, Feb-2015.

Aujourd’hui, les personnes qui risquent leur vie sur le chemin de l’exil sont, jusqu’à preuve du contraire, des réfugiés. Selon l’OIM (1), elles viennent de Syrie, d’Erythrée, d’Afghanistan, d’Iraq, de Palestine, de Somalie mais aussi du Mali, du Nigeria, du Soudan. Elles fuient la guerre, la persécution politique ou économique. Forcées de quitter leur lieu d’origine pour une destination inconnue au risque de tout perdre, elles sont prêtes à trouver la mort en route. Elles voyagent souvent en famille avec de petits enfants et les aléas du voyage risqué entraîne des séparations déchirantes et longues. Comme les réfugiés syriens, érythréens, afghans, irakiens, somaliens, la plupart n’ont pas choisi de fuir leur pays, elles y ont été forcées. De fait et jusqu’à preuve du contraire, ces personne sont des réfugiés non des migrants, terminologie qui ne tient pas compte du besoin de protection durable de ces personnes.

Récemment plusieurs rapports et études se sont intéressées à la terminologie utilisée pour décrire et pour classer les personnes qui traversent actuellement les frontières du sud de l’Europe. Cette discussion n’est pas nouvelle et les étiquettes que l’on donne aux personnes qui arrivent en Europe continueront d’être un sujet de débat. Cependant le terme « migrant » est trop souvent associé à « migrant économique » et sa connotation généralement péjorative ne convient pas aux réfugiés actuellement en route vers l’Europe.

Comme Geoffrey Clavel l’explique, la distinction entre migrant a une importance certaine, mais elle s’avère souvent toutefois très délicate à opérer sur le terrain.

Le durcissement des lois anti-immigration, les difficultés linguistiques, l’inadéquation de certains services d’accueil face au nombre de demandeurs d’asile, la perte ou la destruction de leurs documents d’identité concourent à brouiller la frontière parfois très mince qui sépare un « migrant » d’un « réfugié politique ». (Huffington Post, 31.8.2015)

En outre la qualité de réfugié n’est déterminée qu’après une longue procédure d’asile dans le pays d’accueil. L’inégalité de traitement des demandes d’asile en Europe  conduit en plus à des résultats très différents dans les statuts octroyés. L’asile est une loterie en Europe: un syrien obtiendra un statut de réfugié en Suède mais souvent seulement l’admission provisoire en Suisse. Un requérant d’asile peut être débouté en Suisse alors qu’il aurait pu être admis dans un autre pays européens. La question de savoir comment il faut appeler les personnes qui arrivent en Europe après un long périple ne se pose plus, ce sont tous des réfugiés.

Rapports et études:

    1. Dividing Lines: Asylum, the Media and Some Reasons for (Cautious) Optimism (Asylum Aid, Jan. 2014): Dividing Lines looks back at ten years of hostile media coverage of asylum and refugee issues, and asks how we might move onto a more positive and progressive public debate. It argues that with the quantity of hostile stories falling away, and heat coming out of the way asylum is covered in the media, it is time to work more closely and cannily with journalists and editors than ever before. Dividing Lines, Asylum Aid Report
    2. « Why the Language We Use to Talk about Refugees Matters so Much, » Washington Post, 30 July 2015, Article
    3. UNHCR Viewpoint: ‘Refugee’ or ‘Migrant’ – Which is Right? (UNHCR, Aug. 2015), Refugee or Migrant, which is right?
    4. Call Me Illegal: The Semantic Struggle over Seeking Asylum in Australia (Reuters Institute for the Study of Journalism, 2015), Report
    5. Also last year, PICUM launched a campaign to promote the use of more accurate and humane terminology while PANOS Europe released a « Media Friendly Glossary on Migration. »

Autres articles:

  1. Factbox: Refugee, Asylum Seeker, Migrant – What’s the Difference? Thomson Reuters Foundation, Aug. 2015)
  2. From ‘Swarm’ to ‘Illegal’: Dissecting How We Talk about Migrants, » CBC’s The Current, 10 Aug. 2015
  3. Is It Time to Ditch the Word ‘Migrant’? Washington Post, 24 Aug. 2015
  4. The Readers’ Editor on… the Semantics of Migration, » The Guardian, 16 Aug. 2015.
  5. Duc-Quang Nguyen et Stefania Summermatter, la loterie de l’asile: cinq graphiques pour comprendre le phénomène migratoire, 22 juillet 2015, La loterie de l’asile

(1) International Organisation for Migration IOM

  • IOM Monitors Migrant Flows into Former Yugoslav Republic of Macedonia, Report
  • Mediterranean Migrant Arrivals, Deaths at Sea Soar, Report

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s