Pour Jean Ziegler, l’Europe a créé des camps de concentration en Grèce — Le temps des réfugiés

Jean Ziegler vient de publier un livre intitulé “Lesbos: la honte de l’Europe” sorti le 9 janvier aux Editions du Seuil. Il raconte la situation humanitaire dans les camps de réfugiés sur l’île de Lesbos. Il y dénonce les politiques européennes qui ont créé ces camps où des enfants, des femmes vulnérables, des vieillards sont moins bien traités que des criminels enfermés dans nos prisons. Un comble. Il explique comment l’Europe s’est laissée allée à maltraiter ainsi des réfugiés fuyant des conflits et la violence généralisée. 

Voyage à Lesbos

En mai 2019, Jean Ziegler  effectuait un voyage d’étude à Lesbos où se trouve l’un des cinq centres d’accueil “hotspots” répartis sur les îles grecques qui font face à la Turquie et qui abritent aujourd’hui quelque 40 000 demandeurs d’asile (1). Durant ce voyage il a découvert avec effroi les conditions de vie inhumaines de milliers de personnes entassées dans des tentes humides, des cabanes en plastique et des containers bondés en violation totale des droits humains les plus élémentaires. Dans une interview à l’Illustré, Jean Ziegler explique ce qu’il a vu à Moria:

Des barbelés, de la nourriture avariée, des conditions d’hygiène absolument affreuses. A Moria, les toilettes sont insalubres et ne ferment pas. Il y en a une pour plus de 100 personnes. Les douches sont à l’eau froide. Le camp se divise en deux. A l’intérieur du camp officiel, plusieurs familles se partagent un seul container, ce qui ne leur laisse que 6 m2 pour vivre. A l’extérieur, ce que les officiels appellent poétiquement «l’oliveraie», c’est un bidonville à l’image de ceux de Manille ou de Dacca. Les enfants jouent dans les immondices entre les serpents et les rats, et lorsqu’il neige, les tentes s’effondrent. Ces camps de réfugiés qu’on appelle des «hot spots» sont de véritables camps de concentration (…) Le droit à l’alimentation est aussi violé. Le camp de Moria est une ancienne caserne. C’est donc le Département de la défense qui est en charge de la nourriture distribuée aux réfugiés (…) Très souvent, le poulet, le poisson sont avariés. J’ai assisté à une dizaine de distributions de nourriture. Les gens attendent trois à quatre heures dans la queue, il y a souvent des bagarres et, quatre fois sur dix, j’ai vu des gens jeter directement leur nourriture et ne garder que les pommes de terre, le riz ou les spaghettis qui l’accompagnent. L’Union européenne paie mais les généraux grecs, souvent corrompus, s’accordent avec des sociétés de traiteurs et détournent une partie de l’argent envoyé par l’UE. Ce que les réfugiés reçoivent comme nourriture est scandaleusement insuffisant et personne ne peut rien y faire car l’armée grecque est souveraine.” 

Les centres “hotspot” sont des camps où droit d’asile, droit à l’alimentation et droits de l’enfant sont niés

 

Les personnes retenues sur ces îles viennent pour la plupart d’Irak, de Syrie, d’Afghanistan, d’Iran et du Soudan et Jean Ziegler a eu l’occasion de leur parler. Ils ont subi la torture, l’extorsion, les passeurs dangereux, les naufrages, les familles décimées, les tentatives de refoulement de Frontex et des garde-côtes grecs et turc.

A Lesbos, il y aurait actuellement 19 000 requérants d’asile dans un camp conçu pour héberger 2 800 personnes. Médecins sans frontières (MSF) alerte le monde sur les suicides qui s’y multiplient aussi parmi les mineurs. C’est d’ailleurs le seul endroit où l’ONG a mis en place une mission pédopsychiatrique destinée à éviter les suicides des enfants et adolescents. 

Vous pouvez lire la suite de l’article en cliquant sur le lien suivant: Pour Jean Ziegler, l’Europe a créé des camps de concentration en Grèce — Le temps des réfugiés

2 réponses pour “Pour Jean Ziegler, l’Europe a créé des camps de concentration en Grèce — Le temps des réfugiés”

  1. ziegler a soutenu de nombreux tyrans condamnant des millions de personnes à l’exil: Castro, Mugabe, Kahdafi, Chavez, Mengistu et j’en oublie sûrement. Pourquoi continuer de lui faire de la publicité?

Laisser un commentaire