Quel avenir pour Ayop Aziz ? — Le temps des réfugiés

le

Demain nous commémorons l’incendie du Foyer des Tattes du 16 novembre 2014, il y a quatre ans jour pour jour. Cet incendie a causé un décès et quarante blessés graves. Une porte d’accès sur l’extérieur ne s’ouvrait pas, les secours sont arrivés trop tard, plusieurs personnes ont dû sauter dans le vide pour échapper aux flammes.

L’association Solidarité Tattes attire notre attention sur la lenteur de l’enquête du Ministère public genevois. Après avoir adressé une Lettre ouverte au Conseil d’Etat, l’association remettra demain vendredi 16 novembre 2018 une pétition au Grand Conseil en faveur de l’une des victimes, Ayop Aziz, pour demander sa liberté et la légalisation de son séjour en Suisse.

Ayop Aziz

Malgré tout ce qu’a enduré Ayop Aziz depuis son arrivée en Suisse, ce jeune homme de 23 ans qui se dit originaire du Tchad, garde le sourire, une certaine douceur et beaucoup d’espoir pour un avenir meilleur, en Suisse si possible. Il ne s’oppose pas d’emblée à un retour au pays s’il pouvait y recevoir les soins médicaux nécessaires à la continuité d’une vie plus ou moins « normale ». Rencontré mercredi, nous avons discuté de son passé, de son avenir et de sa santé.

DSCF4673

En juillet 2014, Ayop Aziz dépose une demande d’asile à Vallorbe, puis il est transféré à Genève au Foyer des Tattes. En Suisse les autorités d’asile le considèrent, à juste titre, comme un cas Dublin qui doit faire sa procédure en Espagne. Le 16 novembre 2014, un immeuble du Foyer des Tattes prend feu et plusieurs personnes, dont Ayop doivent sauter dans le vide car la porte menant à la sortie, est bloquée. Soigné aux HUG pour une fracture du crâne et plusieurs blessures, Ayop a, depuis cette chute du troisième étage, de multiples douleurs à la tête, aux cervicales et au dos et souffre selon ses médecins du syndrome de stress post-traumatique.   Pourtant en mars 2015 les autorités cantonales ordonnent sa détention administrative en vue d’un transfert vers l’Espagne, lequel sera annulé in extremis par le Conseiller d’Etat Pierre Maudet. Peu après Ayop part en Espagne de lui-même, mais il peine à obtenir l’assistance et les soins médicaux nécessaires et revient en Suisse en mars 2018 pour y déposer une nouvelle demande d’asile, ignorée.  

Lire la suite sur le blog Le temps des réfugiés via Quel avenir pour Ayop Aziz ? — Le temps des réfugiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.