Ce matin l’OSAR, dans son communiqué de presse, critique les lenteurs bureaucratiques de l’ODM en ce qui concerne les visas à octroyer aux réfugiés syriens (Berne, le 11 avril 2013). Selon l’OSAR, l’ODM doit agir plus rapidement en ce qui concerne les visas humanitaires demandés par les syriens. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) reçoit presque quotidiennement des appels désespérés de Syriennes et de Syriens domiciliés en Suisse qui cherchent à mettre en sécurité leurs proches dont la vie et l’intégrité physique sont menacées. Après la suppression de la procédure à l’ambassade, l’OSAR constate que le «visa humanitaire» que les politiciens ont proposé en remplacement ne fonctionne pas.

En effet, depuis que la guerre civile a éclaté en Syrie, l’OSAR a appelé à plusieurs reprises le Conseil fédéral à reprendre la politique des contingents de réfugiés qui avait fait ses preuves dans le passé et à contribuer ainsi par solidarité à soulager l’immense détresse des réfugiés. «Mais il ne s’est presque rien passé et, pendant que la Suisse officielle détourne le regard, la tragédie se poursuit», constate Beat Meiner. Et le secrétaire général de l’OSAR précise: «La Suisse a tout juste laissé entré sur son territoire un contingent de 37 personnes, alors qu’ils sont plus de quatre millions à croupir dans les camps des pays voisins ou à s’être réfugiés dans d’autres régions de leur propre pays!» Comme le dit l’OSAR, à part les contingents, la Suisse peut et doit réduire immédiatement les procédures d’obtention de visa à un minimum de bureaucratie pour les réfugiés syriens et en particulier pour les personnes vulnérables qui ont de la famille en Suisse.

L’organisation précise encore que la Suisse doit émettre un signal et délivrer immédiatement, de manière facilitée, des visas humanitaires aux Syriens en quête de protection. D’après les informations de l’OSAR, il règne de grosses incertitudes à ce propos. «Le visa humanitaire proposé par la classe politique en remplacement de la procédure à l’ambassade ne doit pas devenir un mot vide de sens. Il en va de la crédibilité de la politique suisse à l’égard des réfugiés», avertit le secrétaire général de l’OSAR.

D’autre part, l’OSAR demande au autorités suisses de donner immédiatement une aide efficace à la Turquie, au Liban et à la Jordanie, afin d’éviter que l’afflux quotidien de réfugiés de guerre syriens ne provoque une dégradation de la situation dans ces pays et, de ce fait, encore plus de détresse pour les réfugiés. L’OSAR demande aussi une augmentation substantielle de l’aide octroyée sur place au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Questions
Beat Meiner, secrétaire général de l’OSAR, tél. 031 370 75 75 ou 079 239 27 19 (médias électroniques), beat.meiner@osar.ch ou
Stefan Frey, porte-parole de l’OSAR, tél. 079 509 47 89, stefan.frey@osar.ch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s